Affaire Moriba Koivogui : Collecte Solidaire “on lâche rien !”

 

Depuis un an le Département 64 s’acharne contre le jeune orphelin guinéen Moriba Koivogui, vivant à Bayonne, au Pays Basque. Alors que deux évaluations osseuses et tous ses documents officiels d’identité, ainsi que les avis de décés de son père et de sa mère démontrent qu’il est mineur et orphelin, le Département, par des procédés publiquement et plusieurs fois dénoncés comme déloyaux et malveillants, a réussi à le faire déclarer majeur, et donc à le mettre en situation d’être expulsé du territoire français. Moriba Koivogui est scolarisé au Lycée René Cassin de Bayonne. Il fait l’objet d’une procèdure d’adoption par une famille bayonnaise et est unanimement apprécié de ses camarades de lycée, ses professeurs et son entourage.

Parti à l’âge de 15 ans de Guinée Conakry, il a mis 17 mois pour arriver en Europe, a traversé pour cela de multiples et cruelles épreuves, et ne doit la vie sauve qu’à beaucoup de chance et à un bateau de sauvetage qui l’a secouru alors qu’il allait se noyer en Méditerannée.

 

Une vague de solidarité se lève pour le soutenir et empêcher son expulsion. Parce que c’est peut-être une question de vie et de mort pour lui, mais aussi parce que son cas est emblématique du sort injuste et déloyal réservé en France à l’ensemble de ces jeunes migrants qui fuient la misère, la faim ou les persécutions. A travers l’affaire Moriba, c’est le fonctionnement d’une vraie machine à broyer les “migrants isolés étrangers” qui est mis à jour, et c’est notre part d’humanité qui est en jeu.

Moriba c’est nous ; elles et eux, c’est nous !

Je soutiens Moriba →

Plus d’infos sur l’affaire Moriba Koivogui : 

Au terme d’un procès déloyal, la cour d’appel décalre Moriba Koivogui majeur !

* La lettre ouverte au département 64

Mineurs étrangers : le département doit s’expliquer !

Dossier Isard COS : Incompétence ou manipulation ?

A quoi servira l’argent collecté ?

Objectif 1, 6000 euros :

Ce crowdfunding solidaire veut recueillir au plus vite 6000 euros pour :

-financer un recours en Cour de cassation visant à annuler la décision l’ayant déclaré mineur

-financer les frais liés à la procédure d’adoption,

-financer les frais d’une démarche judiciaire visant à attaquer le Département 64 au Tribunal administratif pour non communication de pièces demandées par les avocats de Moriba,

-financer ses frais d’internat et de cantine scolaire.

-etc..

Objectif 2, 20 000 euros :

Si nous recueillons davantage d’argent que 6000 euros, le surplus servira à financer les frais de réalisation d’un documentaire sur l’affaire Moriba Koivogui, pour expliquer à travers son cas, le système cruel et kafkaien auquel doivent faire face les jeunes mineurs isolés étrangers qui arrivent en France, quand ils ont la chance de ne pas être mort sur les routes de l’exil ou en mer Méditérannée.

Je soutiens Moriba →