430 personnes mobilisées pour une vraie loi Climat à Anglet

Pas de joker pour le climat :
430 personnes mobilisées pour une vraie loi Climat à Anglet

Ce dimanche 28 mars, veille de l’examen du projet de loi “Climat et Résilience” à l’Assemblée, une marche est partie de la mairie d’Anglet pour rejoindre la permanence de la députée Florence Lasserre. 430 personnes ont répondu à l’appel de Bizi et de plus de 600 organisations dans l’hexagone pour exiger de leurs député·e·s une vraie Loi Climat qui soit à la hauteur des enjeux écologiques. 

A Anglet, ce sont 430 personnes qui ont marché à l’appel de Bizi derrière une banderole “Pour une vraie loi climat, hitza hitz: ekintzak orain” pour dénoncer le manque d’ambition de la loi Climat et Résilience, exiger que celle-ci soit à la hauteur de l’urgence écologique et défendre les mesures des 150 membres de la Convention Citoyenne pour le Climat.

La marche s’est terminée par le déploiement d’une banderole “Pas de joker pour le climat, député·e·s, à vous de jouer !- Klimarentzat ez da musik, deputatuei hordago!” sur la façade de  la permanence de la députée Florence Lasserre. Pour rappeler à la députée sa responsabilité lors de l’examen du projet de loi Climat Résilience à l’Assemblée dès ce lundi. Mais aussi pour dénoncer les jokers octroyés par la majorité gouvernementale lors de la rédaction de ce projet qui manque d’ambition pour répondre à l’urgence climatique. 149 personnes étaient rassemblées sous la banderole pour rappeler symboliquement les 149 propositions travaillées par les membres  de la Convention Citoyenne pour le Climat que le gouvernement a détricotées.

Le projet de loi proposé par le gouvernement est très loin de répondre à l’objectif de “40% minimum de réduction d’émissions de gaz à effet de serre en 2030 dans un esprit de justice sociale” inscrit dans la feuille de route de la Convention Citoyenne pour le Climat, et encore moins au nouvel objectif européen de -55%. Le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets et avoir été reconnu coupable d’inaction climatique, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat que cette loi était censée reprendre. Pour Emmanuelle Tosini, porte-parole de Bizi “ce sont maintenant les député·e·s qui vont pouvoir rehausser l’ambition de ce projet de loi complètement vidé de sa substance par le gouvernement. Plus tard, il sera trop tard. C’est maintenant que tout se joue !”

Cette mobilisation pour une vraie loi climat était aussi l’occasion d’exiger des actes concrets de la part des décideurs locaux, comme la réalisation d’une piste cyclable durable et sécurisée sur le boulevard du BAB. “Nous rappelons aujourd’hui aux élu.e.s du BAB, ainsi qu’à tous les autres élu.e.s du Pays Basque nord, que nous serons attentifs aux engagements qu’il.elle.s prennent et aux actes qui en découlent. La promesse de piste cyclable sécurisée sur le BAB, nous ne l’oublierons pas. Et nous nous mobiliserons pour qu’elle soit réalisée”, rappelle Ximun Lastiri, porte-parole de l’association Bizi.

Cette manifestation vient conclure une semaine marquée par des actions sur notre territoire qui ont rappelé l’urgence d’agir pour le climat et l’importance de tenir ses engagements en la matière.

Dans le cadre de la journée mondiale contre la publicité, lancée par l’association Résistance à l’Agression Publicitaire (RAP), ce jeudi 25 mars, 13 militant·e·s du collectif Stop Pub Pays Basque Adour (qui regroupe Bizi, le CADE, Paysages de France et RAP) se sont mobilisé.e.s pour mettre en avant la porosité climaticide du gouvernement en faveur des lobbies publicitaires. Il.elle.s ont recouvert des panneaux publicitaires avec 149 affiches portant des messages tels que « Macron #SansFiltre avec la pub », « La pub vous fait dé-penser » ou appelant à marcher pour une vraie loi climat ce dimanche.

Bizi a aussi mené une action de désobéissance civique le vendredi matin 26 mars à Mauléon pour appeler le maire à respecter la loi et ses engagements de métamorphose écologique. Bizi a rétabli le marquage au sol d’un double sens cyclable que le 1er édile, Louis Labadot, a pour projet de supprimer afin de redonner la totalité de la chaussée aux voitures.

L’association Bizi appelle à continuer à se mobiliser autant pour le respect des engagements climatiques locaux que pour le respect des engagements présidentiels.