«

»

mai 10 2016

Prise de parole anti-nucléaire de Fesseinhem : Une procédure ouverte contre Txetx Etcheverry !

Txetx prend la parole devant le commissariat de Bayonne quelques minutes avant son audition

Le militant du mouvement altermondialiste basque Bizi ! Txetx Etcheverry a été entendu par la police ce mardi 10 mai à 10H00 au commissariat de Bayonne. Il y a appris que la procureur de Bayonne a ouvert le 22 mars 2016 une procédure à son encontre pour “organisation d’une manifestation sur la voie publique sans déclaration et entrave à la circulation des véhicules sur une voie publique le 20 juillet 2015 à Fesseinhem”.

Ce qui est reproché à Txetx Etcheverry est en fait une prise de parole contre le nucléaire et pour la transition énergétique effectuée devant la centrale de Fesseinhem à l’occasion du passage du Tour Alternatiba qui réalisait 5 600 km pour le climat sur des vélos multiplaces (pour plus d’infos : https://bizimugi.eu/centrale-nucleaire-de-fessenheim-txetx-etcheverry-convoque-au-commissariat-de-bayonne ). Cette prise de parole s’est déroulée sur un large trottoir (et non pas sur la voie publique) longeant l’entrée de la centrale, au cours d’une étape qui avait été préalablement déclarée aux autorités publiques, de la même manière que les 186 autres du tour Alternatiba, parti de Bayonne le 5 juin 2015 et arrivé à Paris le 26 septembre. 24 cyclistes étaient présents ainsi que plusieurs journalistes français et allemands. La scène a été intégralement filmée par plusieurs caméras.

Ce mardi matin, Txetx Etcheverry n’a rien déclaré à l’officier l’interrogeant, dénonçant le caractère “surréaliste” d’une telle convocation et réservant ses explications pour la justice le cas échéant. Il a refusé les prises de photographies anthropométriques et d’empreintes digitales, y voyant une grave dérive liberticide et rappelant que ce qui lui est reproché n’est rien d’autre qu’une prise de parole publique.

Le Tour Alternatiba a été l’occasion de plus de 200 prises de paroles publiques réalisées dans les même conditions que celle du 20 juillet à Fesseinhem. 200 procédures similaires seront elles donc ouvertes, ou est-ce le caractère anti-nucléaire de celle du 20 juillet qui est visé ? Autrement dit, en France, la liberté d’expression et la démocratie s’arrêtent-elles là où commence le nucléaire ?

Une nouvelle procédure sera-t-elle engagée contre Txetx Etcheverry qui a réalisé ce matin une nouvelle prise de parole publique sur le trottoir longeant cette fois l’entrée du… commissariat de Bayonne, juste avant d’y être auditionné ? Sans demande d’autorisation préalable, il y a expliqué devant une soixantaine de personnes venues le soutenir l’incompatibilité entre la politique nucléaire et la transition énergétique. Il y a appelé à la fermeture immédiate de Fesseinhem, conformément à l’engagement du président de la République François Hollande. Il y a également appelé à une manifestation le samedi 11 juin à Gasteiz pour exiger la fermeture définitive de la centrale nucléaire de Garoña, située juste à côté du Pays Basque sud, jumelle de celle de Fukushima, entrée en fonctionnement en 1971 et dont l’entreprise propriétaire Nuceonor demande la réouverture jusqu’en 2031 !

Enfin, Txetx Etcheverry a appelé chacun-e a apporter sa part à la transition énergétique en quittant sans plus tarder EDF pour rejoindre le fournisseur d’électricité 100 % renouvelable Enercoop (cf http://www.enercoop.fr/ ). Nous ne sommes condamnés ni au chaos climatique, ni aux catastrophes nucléaires, les alternatives existent, à nous de les renforcer et de les faire passer à une échelle de masse !

Bizi, le 10 mai 2016