«

»

déc. 03 2017

Pourquoi Bizi promeut la fermeture définitive du pont Saint-Esprit à la circulation automobile

Le secteur des transports représente la première source d’émissions de gaz à effet de serre au niveau national (28,5 % en 2014 (1)) en raison de sa forte dépendance aux énergies fossiles. Plus de la moitié de ces émissions sont rejetées par les voitures. La bataille culturelle des déplacements en ville est donc un élément clé de la lutte contre le réchauffement climatique, causé par les gaz à effet de serre.

Depuis le 4 septembre 2017, le pont Saint-Esprit, au cœur du centre-ville de Bayonne, est fermé à la circulation automobile, pour permettre la réalisation de travaux de rénovation et d’aménagement, dans le cadre du projet de Tram’bus. Au terme des travaux prévu fin juin 2018, Bizi! propose que le pont ne rouvre pas aux voitures et que seuls les bus, les vélos et les piétons puissent y circuler.

Télécharger (PDF, 52KB)

Changer nos modes de transport

À la congestion automobile qui se traduit par des embouteillages, des temps de parcours qui s’allongent et une incertitude sur l’heure d’arrivée plus importante avec la fermeture, la solution ne peut pas être celle qui consiste à donner toujours plus de place à la voiture. En effet plus il y a de place donnée aux voitures en ville et plus il y a de voitures. Or ce modèle n’est plus soutenable pour les générations actuelles qui se doivent de limiter les lourdes conséquences du changement climatique que risquent d’affronter nos enfants et les générations futures. Bizi propose donc une manière différente d’appréhender nos déplacements en ville.

 

En effet près des deux tiers des déplacements réalisés sur l’agglomération bayonnaise sont des déplacements intra-muros (habitant-e-s de Bayonne, Anglet, Biarritz, Tarnos etc). Des mobilités douces (à pieds, en vélo) et des modes de transport en commun déjà existants (bus, covoiturage) ou en cours de création (Tram’bus) permettent de répondre à ces besoins.

 

Les 2 lignes de Tram’bus viendront compléter cette offre puisqu’elles desserviront :

– 50% de la population

– 57% des emplois

– 65% des scolaires

sur le Périmètre des Transports Urbains (PTU) du Syndicat des Transports.

De plus, des parcs–relais seront aménagés en périphérie au nord-est de Bayonne, au nord à Tarnos et au sud de Bayonne. (2)

 

Prolonger la fermeture du Pont Saint-Esprit dans le contexte actuel ? Bien sûr que non !

Les deux principales causes des embouteillages sont :

  • le nombre trop important de voitures
  • le taux d’occupation trop faible des voitures (de l’ordre de 1,2 personnes par voiture), pour une emprise au sol de 12 m² en moyenne et un déplacement de matière d’une tonne en moyenne, cause d’une énergie astronomique dépensée pour ces déplacements.
  • auxquelles s’ajoutent d’autres causes (travaux du Tram’bus sur l’ensemble de l’agglomération, les différents travaux de constructions de résidences, les travaux d’entretiens de voiries, ..)

Fermeture du Pont Saint-Esprit aux voitures ? Une mesure « tête de pont » à une évolution des infrastructures de transport sur l’agglomération :

La fermeture définitive aux automobilistes du Pont Saint-Esprit devra s’accompagner dans les prochains mois  de mesures phares visant à neutraliser les causes principales de ces embouteillages.

Les propositions et idées à mettre en place sont multiples et variées :

  • extensions des lignes de bus (prolongements, nouvelles lignes)
  • des parcs-relais permettant de déposer sa voiture pour prendre les transports en commun aux abords de l’agglomération
  • des abribus à tous les arrêts
  • des garages à vélo un arrêt sur deux ou un arrêt sur trois
  • une priorisation des piétons, des vélos et des bus sur les voitures
  • une extension des infrastructures mises en place pour les deux lignes de Tram’bus à d’autres lignes (priorisation de démarrage aux feux tricolores, voies en site propre)
  • des services nocturnes par téléphone de dépôt à n’importe quel arrêt de bus à partir des centres villes de Bayonne, Anglet, Biarritz …
  • une extension des signalétiques de priorisations des vélos sur le territoire de la ville (« tourne à droite »)
  • mise en œuvre concrète sur plan vélo de l’ancienne agglomération pour permettre des itinéraires sécurisés de bout en bout entre les principaux établissements recevant du publics
  • sans oublier des solutions et aménagements à identifier pour le trafic de transit (c’est-à-dire pour les personnes habitant sur un secteur non desservi par des  transports en commun efficace et qui ont besoin de leur voiture pour se déplacer)

Conclusion

La fermeture du Pont Saint-Esprit aux voitures associée à ces mesures permettra de fluidifier largement les trajets en bus et de sécuriser les trajets en vélo, ce qui aura pour conséquence une quantité moins importante de voitures.

Pour une ville apaisée, une ville où l’on peut circuler à pied, en vélo et en bus dans une ambiance sonore plus sereine : il est grand temps de changer notre logiciel et de sortir la voiture de nos têtes.

Qui plus est à la faveur de plusieurs quartiers de Bayonne qui y gagneront avec moins de pollution, moins de bruit, une plus grande facilité pour se déplacer à pied et à vélo autour de la gare, sur le pont et aux abords de la mairie de Bayonne.

 

1-http://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/fileadmin/documents/Produits_editoriaux/Publications/Datalab/2016/chiffres-cles-du-climat-edition2017-2016-12-05-fr.pdf (p37/80)

2-https://www.trambus-paysbasque.fr/fr/projet/2-lignes-trace