«

»

mars 04 2017

Jean-Laurent Bonnafé, patron de la BNP mis sur le banc des accusés à Biarritz

Nouvelle offensive des Faucheurs de Chaises contre la BNP-Paribas

Ce samedi 4 mars à 10H30, 25 militant-e-s de Bizi ont mis en accusation, pour complicité d’évasion fiscale et financement de crimes climatiques, la BNP-Paribas par le biais d’une action spectaculaire réalisée devant l’agence qu’elle a en plein centre de Biarritz.

Montés sur le toit de la banque, plusieurs activistes ont déployé une immense banderole clamant « Mettons la BNP sur le banc des accusés ». Au même moment, en bas, des militants de Bizi arrêtaient un faux Jean-Laurent Bonnafé, jouant le rôle du patron de la BNP menotté et placé sur un banc des accusés.

D’autres membres de l’association altermondialiste basque distribuaient pendant ce temps des tracts reprochant à la BNP-Paribas le procès intenté à Florent Compain, Président des Amis de la Terre et membre des #FaucheursDeChaises, procès qui aura lieu le mardi 11 avril à Bar le Duc (Meuse). Il risque 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende pour une réquisition de chaises dans une agence BNP de Nancy, visant à dénoncer le rôle de la banque dans l’évasion fiscale des grandes fortunes. L’agence a immédiatement fermé ses portes, rejoignant la longue liste des banques fermées pour cause d’évasion fiscale par les Faucheurs de Chaises.

L’arrivée de la police, quelques minutes à peine après le début de l’action, a été l’occasion d’une scène surpenante, à la « Rémi Gaillard », au cours de laquelle les militants de Bizi ont levé de son banc le patron de la BNP et l’ont… remis aux mains des policiers. Ils ont remercié les forces de l’ordre, encore sur le coup de la surprise, d’être arrivées aussi vite pour embarquer le coupable d’évasion fiscale massive et de crimes contre l’environnement et le climat.

Jon Palais porte-parole de Bizi a déclaré devant la presse présente en grand nombre : « Ce ne sont pas les Faucheurs de Chaises qu’il faut poursuivre, mais c’est la BNP et son patron Jean-Laurent Bonnafé. Non seulement la BNP est, avec 200 filiales, la banque française la plus implantée dans les paradis fiscaux, mais elle est aussi, avec 57 milliards d’euros de soutiens aux énergies fossiles entre 2009 et 2015, celle qui finance le plus le dérèglement climatique ! »

Les activistes ont annoncé qu’une série d’actions -du style de celles réalisées en novembre et décembre 2016 pour dénoncer le procès intenté à Jon Palais- allait suivre pour mettre la BNP sur le banc des accusés et faire du 11 avril le procès de ses agissements contre les populations, le climat et la justice sociale.