(Français) #SortonsMacron : après Uztaritze, Maule et D. Garazi

Sorry, this entry is only available in French and Basque. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in this site default language. You may click one of the links to switch the site language to another available language.

2 Nouvelles actions #SortonsMacron en Pays Basque

Après Ustaritz, Mauléon et Saint Jean Pied de Port

Ce mardi 19 mars à 11h00, deux groupes de Bizi ont réalisé 2 actions simultanées à Mauléon et Saint Jean Pied de Port. Après avoir emporté le portrait d’Emmanuel Macron dans la mairie de la capitale du Labourd Ustaritz le 21 février, ils ont fait de même ce matin dans les capitales historiques de la Soule et de la Basse-Navarre. Ces actions portent à 26 le nombre de portraits du président Macron symboliquement décrochés pour protester contre le décrochage par la France des objectifs de limitation du réchauffement climatique adoptés dans l’Accord de Paris.

Ce mardi 19 mars à 11h00, deux groupes de Bizi se sont emparés simultanément de deux nouveaux portraits officiels du Président Macron, dans les mairies de Saint-Jean-Pied-de-Port, capitale de la Basse-Navarre et de Mauléon, capitale de la Soule. Ils ont laissé à leur place un message “Climat, Justice sociale… Où est Macron ?” pour marquer le vide de la politique du Président sur les questions du dérèglement climatique et des injustices sociales. Des actions non-violentes du même type se multiplient sur tout l’Hexagone, malgré les gardes-à-vue, les perquisitions et même l’annonce de trois procès les 26 juin, 2 et 11 septembre où seront jugés dix membres d’Action Non-Violente COP21.

Les réquisitions de portraits présidentiels font suite à l’interpellation du gouvernement français pour “inaction face aux changements climatiques” par l'”Affaire du Siècle”, appuyée par plus de 2 millions de citoyens. La réponse du gouvernement, affirmant qu’il n’y aura aucun changement de cap en matière de lutte contre le dérèglement et les risques d’emballement du climat, revient pour Bizi à trahir les objectifs de l’Accord de Paris, pourtant adopté par la France.

Les militant-e-s de Bizi ont laissé sur place une lettre destinée aux maires des 2 communes qui disait : « Nous avons décroché ce matin le portrait présidentiel de votre mairie (…) Notre action non-violente a été menée à visage découvert, est assumée publiquement et ne vise pas votre commune en particulier, mais le Président de la république et son gouvernement (…) L’État français a porté et signé l’Accord de Paris lors de la COP21 en 2015 pour contenir le réchauffement climatique d’ici 2100 en dessous des +2°C et poursuivre ses efforts pour limiter la hausse à 1,5°C. Quatre ans après, la France ne respecte toujours pas ses engagements ; pire, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter (…) Les conditions de vie civilisées sur Terre sont en jeu. Il suffit pour s’en convaincre de lire le résumé à l’intention des décideurs politiques issu du dernier rapport du Groupement Intergouvernementale des Experts pour le Climat (GIEC) paru en octobre dernier (…) Le secrétaire général de l’ONU a encore averti il y a quelque mois “Si nous ne changeons pas d’orientation d’ici 2020, nous risquons […] des conséquences désastreuses pour les humains et les systèmes naturels qui nous soutiennent” et insiste : “il est impératif que la société civile […] demande des comptes aux dirigeants”. C’est ce que nous faisons (…) Nous restons à votre entière disposition si vous souhaitez discuter avec nous du cri d’alarme que constitue l’action de ce matin. »

Avec le portrait présidentiel réquisitionné en mairie de Biarritz, ville devant accueillir le G7 en août prochain, ces actions portent à 4 le nombre de « présidents décrochés » en Pays Basque nord, et à 26 sur l’ensemble de l’Hexagone.

 

 

Bizi!