«

»

nov. 17 2016

Des racines et des ailes : la feuille de route de Bizi pour 2016-2020

capture-decran-2016-11-17-a-11-17-32

Les 28, 29 et 30 octobre derniers s’est tenue l’Assemblée Générale Extraordinaire de Bizi.

Ces 3 jours de travail ont marqué l’aboutissement d’un processus de débat, de réflexion, d’échanges riches de 7 mois, ponctuant une bonne vingtaine de réunions qui se sont tenues de Mauléon à Saint Jean de Luz et de Saint Jean Pied de Port à Bayonne. Un texte, enrichi par les nombreux amendements des adhérent-e-s de Bizi, retrace ces sept mois de réflexions et de débats. Il s’intitule “Des racines et des ailes / Sustraiak eta hegalak“.

Après 7 ans d’existence et deux dernières années particulièrement intenses pour les militant-e-s tant au Pays Basque Nord (lancement de la Boite à outils climat-énergie, du Pacte de Transition Energétique, réalisation de l’étude sur les emplois climatiques en Iparralde etc.) que dans l’Hexagone (lancement de la dynamique Alternatiba, participation à la création d’Action Non Violente COP21, des Faucheurs de chaises etc.) , il y a clairement pour l’action de Bizi un avant et un après COP21. 

La nécessité de faire le bilan et de nous munir d’une feuille de route pour les 4 ans à venir est ainsi apparue comme indispensable. C’est maintenant chose faite !

  • Changement d’échelle :

Bizi a un effet laboratoire: ce qui se fait ici a une résonance ailleurs.

Nous voulons aujourd’hui changer d’échelle notre action en Pays Basque, pour peser encore plus sur notre territoire et ses évolutions. Nous avons, dans cet objectif, procédé à un certain nombre de changements de notre fonctionnement et de notre organisation générale. Parmi eux, la refonte de la Koordinaketa de Bizi, avec un rôle d’animation et de coordination mieux défini. Cette équipe de 40 personnes dynamisera, coordonnera le travail de notre association, et veillera au bon déroulement de notre feuille de route jusqu’en 2020.

En 7 ans, le nombre d’adhérent-e-s de Bizi a explosé, passant de 20 à plus de 400 sans politique volontariste de recherche d’adhérent-e-s. Bizi a réussi à mêler différentes générations, et à faire travailler ensemble les abertzale et les non abertzale, ce qui est un acquis précieux à nos yeux.

Aujourd’hui, Bizi souhaite aller plus loin encore, former plus de bénévoles, faire monter plus de responsables pour répondre à la feuille de route fixée et aux nouveaux défis que nous nous sommes donnés.

Tous les mois, une assemblée ouverte à toutes et à tous permettra aux sympathisant-e-s ou adhérent-e-s de base de participer aux travaux et réflexions de Bizi. La première aura lieu le mardi 22 novembre à 19h00 au local de la Fondation Manu Robles-Arangiz (20, rue des Cordeliers dans le Petit Bayonne).

Bizi reste un mouvement dont l’action est centrée sur l’urgence et la justice climatique. Pour autant, nous n’hésiterons pas à aborder d’autres questions en répondant notamment à l’accompagnement des territoires et des populations – notamment les plus vulnérables – dans l’adaptation et la résilience pour faire face aux crises majeures – climatiques, énergétiques, sociales, économiques, démocratiques etc. – vers lesquelles nous courrons.

  • De nouveaux défis pour les 4 ans à venir :

Un calendrier global pour les 4 ans à venir a été fixé avec de nombreux chantiers et temps forts:

  • La définition d’un projet de territoire en transition ayant comme perspective l’Euska Herria burujabe, visant sa souveraineté énergétique, alimentaire, économique, citoyenne et culturellepour permettre une société soutenable, relocalisée, gérable par la population qui y vit, solidaire des autres territoires et des autres continents. 


  • Un travail de veille et d’aiguillon, de propositions et d’interpellation de la future Agglo Pays Basque, afin qu’elle démontre dans les faits et les politiques concrètes une ambition et une détermination à la hauteur des enjeux actuels, en matière de transition énergétique et écologique, et de lutte contre le changement climatique.

  • Le suivi des engagements municipaux de mars 2014 autour du Pacte de transition, et le développement de la boite à outils climat énergie à l’échelle intercommunale, à horizon 2020. Pour cela nous avons d’ailleurs besoin de relais citoyen-ne-s dans le maximum de communes concernées.

  • La mise en place d’assemblées de quartiers qui permettront de mieux gérer les problèmes quotidiens des gens, en mettant en place solutions et alternatives sociales et écologiques concrètes, et qui les aideront à mieux se préparer aux crises à venir.


  • L’impulsion de chantiers participatifs Bizi Auzolana pour faire avancer concrètement la transition sociale et écologique, et former de plus en plus de jeunes dans cette perspective.


  • La structuration de nos relations et réseaux, tant dans l’Hexagone qu’en Pays Basque sud, et qu’au niveau international.

De forts enjeux pour la bataille du climat marqueront l’année 2018.

Un grand Alternatiba, à résonance internationale, sera organisé en Iparralde les samedi 6 et dimanche 7 octobre 2018 et nous allons d’ores et déjà travailler à son organisation.

  • Solidarité avec Jon Palais :

L’année 2017 débutera quand à elle par le 1er procès d’un militant de Bizi depuis la création de notre association, Jon Palais, inculpé en tant que “Faucheur de chaises” (campagne menée dans l’hexagone avec Attac, les Amis de la Terre, ANV-COP21, Solidaires Finances Publiques et diverses personnalités) pour une action non-violente de dénonciation du rôle de la BNP dans l’organisation de l’évasion fiscale des ultra-riches et des multinationales.

Jon Palais risque en théorie 5 ans de prison et 75 000 euros d’amende. Son procès aura lieu le lundi 9 janvier à Dax. Il sera l’occasion d’un important rassemblement et posera avec une forte résonance les questions du financement de la transition sociale et écologique, et de la fin de l’impunité pour l’évasion fiscale et ceux qui la permettent. Bizi appelle à la solidarité et à la mobilisation. Des bus seront organisés pour se rendre à Dax ce jour là. Nous devons être le plus nombreux-ses possible pour y afficher notre soutien à Jon et à l’ensemble des lanceurs d’alerte se battant pour un monde plus juste et plus soutenable.