«

»

avril 10 2017

Artisans de la paix: le 8 avril 2017, une journée entrée dans l’Histoire

“C’est vraiment une journée qui s’est passée comme on avait décidé de l’organiser.
Les opérations de démantèlement, le matin, se sont bien passées, avec 174 observateurs des Artisans de la paix qui ont servi à sécuriser 8 zones où étaient situés les différents arsenaux d’ETA. Au même moment nous avons remis la liste des points de localisation de ces zones à une autorité internationale prestigieuse, à savoir un responsable du Vatican, afin qu’elle puisse arriver aux zones qui étaient sécurisées par les Artisans de la Paix.

Et, du coup, une transition qui s’est faite entre nos volontaires, nos Artisans de la Paix et les forces de police françaises.
Elle s’est déroulée dans de bonnes conditions, sans aucune arrestation, ce qui est une évolution notable, par rapport aux événements de Louhossoa.
Dans ces caches étaient contenues environ 120 armes à feu, 3tonnes d’explosifs, des milliers de munitions et des détonateurs.

Ce 8 avril 2017 en fin de journée, ETA, la dernière organisation armée d’Europe occidentale est totalement désarmée.
Aujourd’hui à 15h00, environ 20 000 personnes se sont réunies sous un soleil de plomb, dans une place centrale de Bayonne, où un acte sobre, digne, respectueux s’est déroulé, avec une intervention de deux Artisans de la Paix: Mixel Berhokoirigoin et Michel Tubiana qui ont rappelé comment l’initiative de la société civile à permis de débloquer et de résoudre une situation qui était bloquée depuis 5 ans, comment les événements de Louhoussoa ont accéléré le cours du temps.

Puis un manifeste qui a été lu en 4 langues: en anglais par l’écrivaine Suzanne Georges, en français par l’ancien magistrat et membre du comité des droits de l’Homme de l’ONU Louis Joinet, en basque par la directrice de la revue Argia Estitxu Eizagirre, le membre du forum social et militant des droits de l’Homme Fernando Armendariz, qui ont lu un manifeste avec derrière eux une centaine de personnalités représentant toutes les sensibilités politiques, sociales et syndicales du Pays Basque Nord et Sud.

Ce message et cet acte avaient 3 fonctions :

1- Apporter un soutien massif aux volontaires des Artisans de la Paix, qui assument des risques judiciaires par rapport à leur travail de ces derniers jours et cette matinée et qui ont permis le désarmement total de l’organisation ETA, et demander qu’ils ne soient pas inquiétés pour ce travail que toute la société basque d’Iparralde attendait et demandait.

2- Appuyer ce désarmement total et demander la fin irréversible de toute violence politique en Pays Basque, et du coup que cette photo fasse que personne, à l’avenir, ne puisse revendiquer la légitimité du peuple basque, au moment de vouloir relancer un cycle de violence politique dans ce pays.

3- Interpeller les gouvernements français et espagnol en leur disant que le désarmement ce n’est pas la paix et qu’il faut aujourd’hui que ces deux gouvernements contribuent eux aussi à cette paix, à créer les conditions d’une paix juste, globale et irréversible, dans ce pays notamment en réglant la question des prisonniers et des exilés politiques basques, en permettant la reconnaissance et la réparation due à toutes les victimes de ce conflit, et d’aider à mettre en marche des dynamiques de réconciliation, de vérité et mémoire, de justice transitionnelle pour arriver à créer les bases d’un nouveau vivre ensemble dans ce pays.”

Txetx.